Instrument de partage d’information sur l’actualité liée au commerce et au développement durable en Afrique et dans le monde, la revue Passerelles est créée en 1999 dans un contexte marqué par l’émergence de nouveaux acteurs non-étatiques et par une participation plus active de la société civile (au sens large) et du secteur privé dans le processus d’élaboration des règles.

En effet, face à l’impératif d’ouvrir et de démocratiser les espaces politiques et institutionnels au sein desquels les politiques publiques étaient traditionnellement conçues et exécutées par les pouvoirs publics, les pays notamment africains ont pris conscience de la nécessité d’adopter des mesures créant les conditions d’une participation des acteurs non étatiques. 

Passerelles s’inscrit comme un moyen souple de renforcement des capacités des acteurs impliqués dans les processus décisionnels affectant les politiques commerciales.

Partant de la constatation que l’Afrique doit relever de nombreux  défis –par exemple la faiblesse de l’intégration régionale et du commerce intra-régional, la mauvaise intégration dans le commerce mondial ou encore l’écartèlement entre plusieurs niveaux d’engagements internationaux et l’incohérence qui en résulte…etc – l’accès à l’information apparait ainsi comme un défi majeur, même s’il n’est pas le seul.

La  revue passerelles une publication conjointe ( Enda cacid/ ICTSD)  contribue ainsi à relever le déficit d’information qui prévaut sur le continent. Depuis sa création la revue passerelles accompagne  les décideurs dans le choix des politiques appropriées pour le continent  et participe à la construction de positions de négociations au niveau multilatéral comme au niveau bilatéral. 

Outil de partage d’informations, passerelles  fournit des informations  régulières, crédibles et actualisées sur les négociations internationales, les relations de coopération et d’échange Nord-Sud et Sud-Sud, l’intégration régionale et la gouvernance économique mondiale de manière générale.  Autant de sujets qui ne sont pas sans intérêt pour les nombreux acteurs africains à la recherche permanente d’informations sur ces questions. En effet, si ces questions liées au commerce à l’intégration et développement font actuellement objet de débat sur le continent, leur maitrise par les acteurs reste un défi.

Dans cette perspective la revue Passerelles,  tout en restant fidèle à ses objectifs essaye aussi de s’adapter à l’évolution de son environnement externe à travers des réformes destinées à améliorer le processus de production et de publication. A cet égard, Passerelles a engagé de profondes réformes en 2012. Son format, son organisation  interne comme le processus de sa production ont été aussi revus et améliorés. Ceci dans le but de consolider la place de la revue Passerelles dont la qualité, la régularité et l’accessibilité renforcées feront d’elle  un outil  de référence dans l’espace de recherche africain francophone.

Toujours dans le but promouvoir une large diffusion de l’information,  la revue passerelles est   aussi  distribuée via les réseaux sociaux, ce qui permet à de nombreux acteurs du commerce en Afrique et dans le reste du monde de recevoir les informations quasi instantanément.

Au-delà de ses abonnés et lecteurs directs, Passerelles est aussi une source d’informations pour les organisations et réseaux traitant des informations liées au commerce et au développement durable. Ces organisations et réseau publient passerelles dans leurs sites.