Des infrastructures « made in China » en Afrique: une contribution au développement?

30 August 2013

La présence d’entreprises chinoises sur le continent africain coïncide avec la volonté des gouvernements africains de faire du développement des infrastructures une priorité. Toutefois le débat se pose avec acuité sur la durabilité des ouvrages réalisés par celle-ci.
Le secteur ferroviaire a été l'un  des premiers  secteurs des investissements  chinois en Afrique. Dans les années  1970,  la construction de la ligne ferroviaire  entre la Tanzanie et la Zambie (TANZAM) symbolisait la première étape de la contribution de la Chine à l'aide  au développement  en Afrique. Dans sa politique d'urbanisation  et de  modernisation  de  ses  villes, d'abord  côtières  et aujourd'hui  intérieures,  la  Chine investit  massivement  dans les infrastructures.  La volonté  des gouvernements  africains de favoriser le développement des infrastructures coïncidant avec la présence croissante d'entreprises chinoises va très vite promouvoir l'implication de celles-ci dans les projets de développement d'infrastructures en Afrique.

Des grands chantiers  dans le domaine  du transport (routier,  ferroviaire et portuaire), des télécommunications et de l'hydroélectricité par exemple  ont été attribués à des entreprises chinoises. Mais est-ce que les infrastructures « made in China » en Afrique, contribuent au développement ?

Comment la Chine a-t-elle réussi à s'imposer dans le secteur  des infrastructures en Afrique ?

Le secteur de la construction occupe une place importante dans l'économie chinoise. La Chine depuis son ouverture s'est investie dans la construction d'infrastructures adéquates et modernes pour promouvoir sa croissance économique.

Afin de développer son réseau ferroviaire et assurer une mobilité rapide à sa population sur un vaste territoire, la société chinoise des chemins de fer a modernisé le réseau de transport ferroviaire en Chine. De nouvelles lignes ferroviaires ont été développées et des trains à grande vitesse ont été construits afin de réduire les longues heures de voyage entre les villes éloignées. En ce qui concerne le réseau routier, de vastes autoroutes et ponts ont été construits à travers le pays. Toutes ces réalisations ont contribué à la modernisation de la Chine. En 2008 avec l'organisation des Jeux Olympiques de Beijing, il y avait plus de chantiers en construction dans la seule ville de Pékin que dans toute l'Europe.
Ces chantiers infrastructurels de grandes envergures engagés par la Chine   ont permis aux entreprises chinoises, qui ont largement contribué à leur réalisation, d'acquérir une expertise locale et de cibler aujourd'hui les marchés étrangers.

Ainsi l'avantage compétitif des entreprises chinoises à gagner les appels d'offre grâce à l'appui politique et financier des institutions chinoises d'Etat contribue à la présence galopante de la Chine dans le secteur des infrastructures en Afrique. Des prêts concessionnels  et préférentiels octroyés   à travers des accords entre la Chine et les différents pays africains sont consentis pour financer divers projets (ports, barrages, lignes ferroviaires, etc.).

Des financements de la banque chinoise d'exports et imports (EXIMBANK) et de la banque chinoise de développement ont également permis aux entreprises chinoises de travaux publics et de génie civil d'acquérir des projets au Gabon, en Mauritanie et plus récemment en Afrique du Sud. La crise financière de 2008 qui continue de secouer les pays développés a aussi contribué à cette forte présence des entreprises chinoises en Afrique.  En effet, cette crise a réduit la capacité des institutions financières et entreprises occidentales à financer de grands projets de construction ; ce qui, d'une certaine manière, a contribué à la présence des entreprises chinoises dans le secteur de la construction d'infrastructures en Afrique. A cela s'ajoute la sous-traitance entre les grandes multinationales et les Petites et Moyennes Entreprises (PME) chinoises de construction qui elle a elle aussi facilité la présence d'entreprises privées chinoises de construction sur le continent.

Le manque d'infrastructures  adéquates susceptibles  de tirer  la croissance en Afrique a été un frein aux investissements africains et étrangers. Pour palier ce manque, les Etats africains ont décidé de faire du développement des infrastructures une priorité. Ce besoin a été un des leitmotivs  de la présence chinoise  dans la construction  d'infrastructures en Afrique. Ainsi, les entreprises chinoises sont présentes dans différents secteurs d'investissement: énergie, télécommunications, hydraulique; etc.

L'IDE chinois et développement d'infrastructures en Afrique

Dans sa politique de coopération économique avec les pays en voie de développement, la Chine  envisage de  sécuriser des  ressources  tout en  contribuant à  la construction d'infrastructures. Par exemple, « l'Angola model », qui consiste à échanger des ressources parfois à de bas prix pour des  projets de construction d'infrastructures, est une politique d'investissement de la Chine spécifique aux pays riches en ressources et parfois même là où le système politique est controversé.
L'expansion des investissements chinois à l'étranger permet à la Chine non seulement d'acquérir de nouvelles technologies, de nouveaux marchés mais aussi à ses entreprises de mettre en pratique et de tester leur expertise. Elle permet aussi à de nombreuses entreprises  de construction  d'accéder  à un grand nombre de marchés étrangers,  créer des emplois pour les ouvriers chinois et acquérir une réputation internationale dans le domaine de la construction.

Dans plusieurs  pays d'Afrique  - Angola, Zambie,  Nigeria,  RDC, Djibouti  et   Tanzanie - la Chine s'investit dans la construction ou la réhabilitation de routes ou voies ferrées. Le besoin accru de produire de l'électricité et de faciliter l'accès à l'eau a incité des pays africains tels que le Ghana, le Soudan ou encore le  Botswana à axer leur priorité sur la construction de barrages hydroélectriques qui intéresse les entreprises chinoises. A partir des années  2000,  les entreprises chinoises ont été présentes dans la rénovation et la construction de voies ferrées en Afrique comme en Angola et au Nigeria où la rénovation de lignes ferroviaires (respectivement Benguela et Lagos-Kano) a été entreprise par la China  Civil Engineering Company (CCEC).  En 2009,  les entreprises chinoises s'étaient investies dans 18 projets de construction au Botswana.

La Chine respecte-t-elle les normes et priorités de construction en Afrique?

La présence galopante de la Chine dans le secteur du développement des infrastructures en Afrique suscite des questions liées aux normes  et au développement durable   par rapport notamment à la qualité de ses propres réseaux routiers et ferroviaires.

Le problème immobilier qui secoue particulièrement les grandes villes chinoises  s'ajoute aux défis auxquels le gouvernement chinois fait face pour éviter une crise immobilière qui pourrait toucher des millions de Chinois qui ont de bas salaires et qui voudront acquérir des logements. Cependant, de nombreux scandales liés à la corruption, à une mauvaise gestion et aux accidents (effondrements de ponts, collisions et déraillements de trains) sont apparus dans ces secteurs en Chine. Ainsi, des questions relatives à la qualité des infrastructures  conduisent  à  réfléchir  sur  le  savoir-faire  des  entreprises  chinoises. L'ancien  ministre  chinois des chemins  de fer a été  déjà jugé coupable pour corruption et autres malversations financières qui ont mis certains projets d'Etat au ralenti. Des accidents sur les routes et les voies ferrées chinoises ont attiré l'attention des Chinois et de la communauté internationale sur l'exigence de normes et sur la qualité des projets de construction en Chine. Bien que le gouvernement chinois ait entrepris des réformes dans l'amélioration de la qualité et dans le système d'appels d'offres public de nombreux problèmes subsistent. En effet, la courte durée de construction des chantiers chinois, les normes de construction non   conventionnelles, la détérioration rapide des infrastructures après livraison et  la corruption ont été déjà mentionnées à travers l'implication de la Chine dans des projets de construction à l'étranger.

La construction de barrages hydroélectriques qui doit générer de l'électricité et faciliter l'accès à l'eau dans plusieurs pays africains, tels que le Soudan, le Botswana et le Ghana a pollué des fleuves et conduit au déplacement de populations qui ont perdu leurs activités économiques.
De telles menaces encourues ont poussé certains pays à être plus exigeants en termes de contrôle des normes de qualité. En 2009, les entreprises chinoises s'étaient investies dans 18 projets de construction au Botswana. Mais récemment, le président du Botswana a déclaré que des systèmes de contrôles stricts devaient être mis en place pour évaluer de plus près l'implication des entreprises chinoises dans le secteur de la construction au Botswana. Des entreprises chinoises ont vu leurs projets suspendus afin d'évaluer si les règles et normes de construction en vigueur au Botswana sont respectées.

Un des projets de développement des infrastructures chinois en Afrique qui a récemment attiré l'attention de l'opinion publique est la construction d'une toute nouvelle ville à Luanda en Angola. Nova Cidade de Kilamba a été entièrement construite par l'entreprise chinoise d'Etat China International Trust and Investment Corporation (CITIC). Ce projet s'est inspiré des nombreux projets immobiliers   de la CITIC, en Chine, qui a développé de nouvelles cités avec tout un confort incluant système de transport, écoles, boutiques, cliniques, salles de sports, restaurants, etc.; autour aussi bien dans les grandes villes côtières que dans les provinces de l'intérieur. Mais ces villes chinoises qui restent encore inhabitées sont des « villes fantômes ». En effet compte tenu du prix élevé du loyer et de la grande majorité des Angolais vivant dans la pauvreté, la « ville fantôme » de l'Angola n'a pas attiré suffisamment de clients pour occuper ses 750 buildings de huit étages, chacun équipés de 12 écoles et de plus de 100 boutiques. Dans un pays comme l'Angola qui manque d'infrastructures de base et dont la capitale est surpeuplée, un tel investissement de luxe n'est pas une priorité! Il ne répond pas aux besoins de la grande majorité des Angolais  qui  ne  bénéficient pas  des  revenus  générés  par  les importantes ressources minières dont regorge le pays. Il est dit que l'Angola aurait échangé des ressources pour la construction de cette « ville fantôme ».   Cet exemple devrait pousser les autorités africaines, particulièrement celles des pays riches en ressources naturelles, à savoir que le modèle d'échanges « ressources contre infrastructures » n'est pas à long terme durable.

Conclusion

Certes, les investissements chinois en Afrique constituent une opportunité et contribuent à diversifier le partenariat économique des pays africains mais ne sont pas une garantie pour le développement du continent. Une attention particulière des pays africains par rapport à l'engagement de la Chine en Afrique doit être portée sur l'exportation des problèmes d'environnement et de développement durable de la Chine en Afrique.   La priorité doit être axée sur les besoins en infrastructures qui satisfont les populations dans les différents pays d'Afrique pour une relation à long-terme basée sur le développement durable entre la Chine et l'Afrique.

Et pour ce faire, l'engagement des gouvernements africains à travers leurs ministères et agences compétents est nécessaire pour l'exécution des règles. La présence de la Chine dans le secteur de la construction d'infrastructures en Afrique devrait contribuer à la création d'emplois pour l'expertise locale dans les différents pays africains et au transfert de technologies et de connaissances. Bien que le manque d'infrastructures dans plusieurs secteurs pousse les gouvernements africains à favoriser des investissements étrangers de la part des bailleurs traditionnels et des économies émergentes, le modèle d'échange « ressources contre développement d'infrastructures » n'est pas durable et nécessite des critiques constructives. Le développement des infrastructures contribue au développement mais cela doit se faire sans heurts pour les populations.

Auteur: Daouda CISSE - Centre for Chinese Studies, Stellenbosch University South Africa

This article is published under
30 August 2013
Avec des flux d'échanges et d'investissements multipliés par dix au cours de la dernière décennie, la Chine est en train de stimuler l'essor du marché des produits de base et de réduire le déficit en...
Share: 
30 August 2013
L’Afrique face à la présence chinoise Dans le contexte de la mondialisation et de la crise financière mondiale, de nouveaux acteurs de la coopération ont émergé en Afrique et s’affichent comme des...
Share: