Il est bien connu que l’agriculture occupe une place centrale dans l’économie des pays africains en général pour beaucoup de raisons. Elle représente dans beaucoup de ces pays le secteur qui contribue le plus au PIB ou procure l’essentiel des recettes en devise. Elle y occupe en moyenne plus de 60% de la population active alors que cette dernière n’atteint même pas 10% dans les pays développés.

Ces quelques traits expliquent l’importance que les pays africains se doivent d’accorder aux négociations sur l’agriculture à l’OMC en vue de trouver les moyens appropriés pour affronter les difficultés réelles auxquelles ils sont déjà ou pourraient être confrontés dans les domaines de la sécurité alimentaire et de la lutte contre la pauvreté, notamment.

Toutefois, la mise en oeuvre des résultats de l’Uruguay Round ainsi que les événements récents semblent montrer que les conditions du commerce mondial risquent de leur être toujours défavorables, à moins que certaines mesures né soient prises.