Du régional au continental : zoom sur l’intégration en Afrique

29 July 2015

L’idée selon laquelle l’intégration régionale pourrait constituer l’une des pierres d’assises du développement africain semble bénéficier d’un large consensus. Et c’est très tôt, dès le début de la période post-coloniale, que l’on a vu les premiers efforts se déployer en vue de resserrer les liens entre pays africains. Pourtant, à l’heure actuelle, les progrès accomplis en matière d’intégration restent limités. Le commerce intra-continental, en particulier, ne représente qu’environ 12 pourcent du total des échanges de l’Afrique, contre environ 55 pourcent pour l’Asie et plus de 70 pourcent pour l’Europe. Exception faite de l’Océanie, l’Afrique reste, et de loin, le continent qui commerce le moins avec lui-même.

L’intégration économique en Afrique apparaît donc non seulement comme une nécessité, mais également comme un incroyable défi pouvant receler bien des obstacles. Des communautés économiques régionales (CER) au récent coup d’envoi des négociations de la zone de libre-échange continentale (ZLEC), c’est sur certains des enjeux actuels de l’intégration sur le continent africain que ce numéro de Passerelles se penche.  

Dans le premier article, Jaime de Melo tente de répondre à une question cruciale : en matière d’intégration en Afrique, quelle approche faudrait-il favoriser ? Pour l’auteur, avant de se lancer dans de grands ensembles tels que la ZLE tripartite ou de la ZLEC, mieux vaudrait se focaliser sur les communautés économiques régionales (CER) existantes, en les équipant mieux pour le commerce du 21ème siècle.

À l’inverse, l’article de David Luke et Babajide Sodipo insiste quant à lui sur le grand potentiel de la ZLEC, qu’il considère comme une réaction nécessaire à l’évolution actuelle de l’architecture du commerce international. Les auteurs concèdent néanmoins que la mise en place d’une telle ZLE sera d’une extrême complexité.

Ce numéro inclut également un entretien avec Salifou Tiemtoré, Directeur des douanes de la CEDEAO. Cet entretien s’articule autour d’un sujet des plus actuels : le Tarif extérieur commun (TEC). Sa mise en œuvre, son lien avec l’accord de partenariat économique (APE), ainsi que ses risques de friction avec certains engagements à l’OMC, sont abordés.

Dans leur contribution, Antoine Coste et Erik Von Uexkull se penchent sur le cas du Nigéria et analysent l’impact qu’auront le TEC et l’APE sur l’économie du géant ouest-africain. Malgré un effet net positif, le potentiel des réformes axées sur la compétitivité semble bien plus grand.

Enfin, Khalid El Bernoussi s’intéresse quant à lui à l’Afrique du Nord, encore si peu intégrée. Son article plaide pour la création d’un Conseil Nord-africain de facilitation des échanges, dans l’optique de renforcer et dynamiser le commerce régional. 

Continuez à suivre l’actualité sur le commerce et le développement durable en Afrique sur le site web de Passerelles. Vous pouvez désormais aussi nous suivre sur Facebook et Twitter !

L’équipe de Passerelles

 

This article is published under
29 July 2015
L’intégration régionale est la voie à suivre pour l‘Afrique, mais les récentes méga-initiatives – ZLE tripartite et ZLE continentale – seront confrontées à d’importants défis. L’intégration en...
Share: 
30 July 2015
La date butoir du 31 juillet pour parvenir à un programme de travail relatif au Cycle de Doha va très probablement être manquée, a averti Roberto Azevêdo lors du Conseil général du mardi 28 juillet...
Share: