La Chine annonce une baisse de la contrebande de l’ivoire, l’Afrique du Sud réfléchit à une loi sur la corne de rhinocéros

27 March 2017

Le mois écoulé a vu une série d’efforts nationaux concernant différents aspects du commerce d’espèces sauvages, allant de la mise en œuvre de mesures visant à réglementer ou limiter la vente de l’ivoire dans plusieurs pays à un débat en Afrique du Sud sur le commerce national des cornes de rhinocéros.

Les autorités chinoises ont indiqué en fin de mois que les importations illégales d’ivoire dans le pays avaient chuté de 80 pourcent l’an dernier, selon l’agence de presse Xinhua. L’économie asiatique est la première consommatrice mondiale d’ivoire et s’est engagée à éliminer le commerce et la vente de l’ivoire d’ici la fin de cette année.

Entre autres décisions, les États parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) avaient adopté l’an dernier une recommandation n’ayant pas force obligatoire visant la fermeture des marchés intérieurs de l'ivoire (cf. Passerelles12 octobre 2016).

En début de mois, le programme de suivi de l'abattage illicite d'éléphants (« MIKE », de l’anglais Monitoring Illegal Killing of Elephants) a noté que l’augmentation du braconnage d’éléphants en Afrique depuis 2006-2011 s’était « arrêtée et stabilisée », mais que des efforts supplémentaires restaient nécessaire pour assurer la survie des populations d’éléphants du continent.

Sur le même sujet, le Japon a récemment pris des mesures visant à réglementer plus sévèrement le marché de l’ivoire du pays, en obligeant notamment les revendeurs d’ivoire à s’inscrire auprès du gouvernement et en imposant des sanctions plus sévères pour les contrevenants. Le ministre d’État au développement national de Singapour, Koh Poh Koon, a par ailleurs annoncé en début de mois une interdiction de la vente de l’ivoire dans le cadre des efforts de protection des éléphants à l’échelle de la ville-État. Singapour est un point de transit important des importations illégales d’ivoire, qui y passent en larges quantités en direction d’autres régions du monde.

L’UE prévoit également d’interdire les exportations d’ivoire brut à partir du mois de juillet en vue de lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages. Le bloc est le leader mondial des ventes d’ivoire brut et travaillé. Les revendeurs ont le droit d’exporter l’ivoire récolté avant 1990, date à laquelle le commerce international de l’ivoire a été en grande partie interdit, ce qui donne selon certains critiques la possibilité aux trafiquants de vendre de l’ivoire illégal en le faisant passer pour de l’ivoire autorisé.
 

L’Afrique du Sud publie un projet de loi sur le commerce intérieur de la corne de rhinocéros

En parallèle, l’Afrique du Sud réfléchit à un projet de loi qui pourrait légaliser une partie du commerce intérieur de la corne de rhinocéros, dans le cadre d’autorisations spécifiques, et autoriser des exportations limitées vers l’étranger pour un usage personnel. Le pays abrite 80 pourcent des rhinocéros du monde et a fait état de 2 883 cas d’activités liées au braconnage en 2016.

Certains éleveurs nationaux ont indiqué que cette loi est susceptible de faire baisser la demande de corne de rhinocéros et de réduire le braconnage et qu’une partie des fonds servant actuellement à protéger les rhinocéros contre les braconniers pourraient à la place soutenir d’autres efforts de protection de la nature. Ses détracteurs affirment toutefois que le projet de loi pourrait avoir l’effet inverse, en offrant une « couverture » aux exportations illégales et en augmentant la demande.
 

Reportage ICTSD : « China sees sharp decline in ivory smuggling in 2016 », China Daily, 27 février 2017 ; « China Bans Its ivory Trade, Moving Against Elephant Poaching », The New York Times, 30 décembre 2016 ; « S’pore to ban sale of ivory here », Today, 1er mars 2017 ; « l’UE set to ban raw ivory exports from July », The Guardian, 22 février 2017 ; « South Africa Considers Legalizing Domestic Rhino Horn Trade », National Public Radio, 13 mars 2017 ; « Japan to tighten control over domestic ivory trade », Kyodo News, 28 février 2017.

Cet article est initialement paru dans Bridges Weekly, le 23 mars 2017.

1 April 2008
Aussi loin que l’on remonte dans le processus de négociations commerciales dans le cadre du Programme de Doha, on est frappé par la constance des pays en développement et des pays africains en...
Share: 
1 April 2008
La flambée des prix de denrées de base tels que le blé, le soja et le maïs, ont suscité un regain d’attention aux implications de la hausse de la production de biocarburants en matière de sécurité...
Share: