Salle de presse

26 October 2016

La Nouvelle banque de développement au cœur du sommet des BRICS

Le huitième sommet annuel des pays BRICS a eu lieu les 15 et 16 octobre, réunissant les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud à Goa, sous la présidence de l’Inde, pour des discussions couvrant un large éventail de sujets, dont notamment la coopération commerciale et les récents progrès de la Nouvelle banque de développement (NBD) du groupe. 

La NBD, dont le siège est situé à Shanghai, a été saluée par les dirigeants comme un forum clé de coopération au sein des BRICS. S’exprimant dans le cadre du sommet, le président brésilien Michel Temer a déclaré que l’avenir du bloc et celui de la banque, la « facette la plus visible des BRICS », étaient intimement liés. 

« Notre performance en tant que groupe – et notre capacité à innover au sein du système international – seront évalués sur la base du fonctionnement de cette institution », a-t-il indiqué.
 

ZLEC : une 3ème session de négociations sans avancées majeures

Les négociateurs africains ont poursuivi leurs discussions en vue de la création d’une Zone de libre-échange continentale (ZLEC) dans le cadre de la troisième réunion du Forum de négociation de la ZLEC (FN-ZLEC). À l’instar des précédentes sessions, ils ont principalement couvert des aspects préparatoires et procéduraux.

S’appuyant sur ses pourparlers antérieurs ainsi que sur les travaux préparatoires d’un Groupe de travail continental sur la ZLEC, la réunion de la semaine dernière a permis d’aboutir à un accord sur les termes de référence pour une série de groupes de travail techniques couvrant divers sujets.

Cette troisième session du FN-ZLEC a également examiné la question des modalités de négociation de la ZLEC sur le commerce des biens et celui des services. Les discussions se sont poursuivies sur la base des travaux antérieurs réalisés dans le cadre de la seconde réunion du forum de négociation.
 

L’APE entre l’UE et les pays d’Afrique australe entre en vigueur

Un Accord de partenariat économique (APE) attendu de longue date entre l’UE et certains pays d’Afrique australe est entré en vigueur à titre provisoire, ont confirmé certains responsables officiels le lundi 10 octobre. Cet APE a été signé en juin entre l’UE et six États membres de la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC) : l’Afrique du Sud, le Botswana, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie et le Swaziland.

L’APE garantira un accès immédiat en franchise de droits et sans contingent au marché européen pour les exportations en provenance des pays africains concernés (sauf pour l’Afrique du Sud). En retour, les pays de la SADC concernés élimineront ou réduiront leurs droits de douanes sur 86 pourcent des importations en provenance de l’UE, certains articles sensibles conservant les droits actuels (sauf pour le Mozambique, 74 pourcent).
 

Azevêdo appelle à davantage d’engagement en vue de la MC11

Le directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo, a exhorté cette semaine les membres de l’organisation à s’impliquer davantage dans les travaux de définition des résultats possibles de la onzième Conférence ministérielle (MC11), qui se déroulera fin 2017 à Buenos Aires, la capitale argentine.  « C’est le moment de vous assurer que vos priorités et vos préoccupations soient prises en compte, de vous assurer qu’elles soient discutées », a déclaré M. Azevêdo dans le cadre d’une réunion du Conseil général de l’organisation.

Lors d’une réunion informelle des « chefs de délégation » au début du mois d’octobre, certains membres de l’OMC ont également appelé à intensifier les efforts de négociation pour mieux préparer le chemin en direction de Buenos Aires par rapport à la dernière conférence ministérielle de Nairobi en 2015.

This article is published under
26 October 2016
Le commerce, la sécurité alimentaire, et le Programme 2030 – ICTSD – Octobre 2016 Cette étude s’inscrit dans une série de publications qui tente d’examiner le rôle que le commerce et la politique...
Share: 
26 October 2016
Les ressources naturelles et l’économie bleue ne sont pas des sujets nouveaux pour le continent africain. Mais comment en tirer le meilleur parti pour soutenir le développement durable en Afrique ?...
Share: