Sur le fil

18 October 2012

Les prévisions sur les échanges commerciaux mondiaux revues à la baisse
L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour le commerce mondial en 2012, tablant désormais sur une hausse de 2,5%, contre une estimation précédente de 3,7% au mois d’avril. Ce taux nettement inférieur aux 3,7 % que l’OMC défendait jusqu’ici est aussi bien loin de celui de 5% enregistré en 2011. Soit une baisse de 2,5%, par rapport à l’année précédente.

Plusieurs raisons sont évoquées pour justifier cette baisse du commerce mondial .Mais la principale cause est à chercher dans la crise de la dette souveraine en Europe. Cette crise persistante qui a touché certains pays de la zone euro a poussé les Etats à réduire leurs dépenses d’investissement avec des plans d’austérité adoptés notamment en Grèce, Espagne, au Portugal. La crise a aussi poussé les ménages à réduire leurs dépenses. Ce comportement des Etats et des ménages impacte sur le commerce mondial tant sur les importations que sur les exportations. Le ralentissement de la croissance américaine et chinoise ainsi que la montée du protectionnisme seraient entre autres causes à l’origine de cette baisse. Face à cette situation qui risque de se détériorer à nouveau, le directeur général de l’OMC, Pascal Lamy a invité les acteurs à plus de coopération. Il a ainsi appelé tous les pays à s’ouvrir à la coopération commerciale et boycotter le protectionnisme local et les restrictions géographiques. Les acteurs du commerce international doivent donc se ressaisir s’ils veulent vraiment renverser cette tendance baissière. Mais cela devrait passer par une ouverture effective des échanges et non par les mesures protectionnistes que prennent certains pays surtout en période de crise et qui compromettent peu à peu les chances de revenir à une tendance normale.

Le multilatéralisme face à ses défis majeurs
Le forum public de l’OMC qui s’est tenu à Genève du 24 au 26 septembre était une occasion pour les différents participants d’analyser la question de savoir si le multilatéralisme est en crise, compte tenu à la fois de l’impasse du Cycle de Doha et du ralentissement du commerce et de la croissance mondial en dépit des initiatives prises ça et là pour venir à bout des problèmes dont souffre le système multilatéral. Les participants se sont accordés sur le fait que le multilatéralisme est en crise car il ne semble pas équipé
pour faire face aux problèmes d’aujourd’hui notamment le commerce, l’économie, l’environnement l’emploi et la sécurité alimentaire. Ils restent toutefois optimistes quant à l’avenir du multilatéralisme . le directeur général de l’OMC Pascal Lamy a invité les acteurs à ne pas baisser les bras face aux pressions protectionnistes et à conclure le cycle de Doha pour stimuler la croissance économiques et la création de l’emploi. Pour relever tous ces défis, les participants ont convenus de la nécessité de réformer l’OMC pour mieux l’outiller afin qu’elle puisse faire face à ces nombreux problèmes notamment le chômage record que connaissent de nombreuses régions, le ralentissement des échanges mondiaux tout comme celui de la croissance mondiale. Les préoccupations agricoles face au défi de la sécurité alimentaire et la prolifération des accords commerciaux préférentiels ont aussi été au centre des discussions.

Forum sur le commerce et l’intégration régionale en Afrique

La deuxième édition du Forum sur le Commerce en Afrique s’est tenue du 24 au 26 septembre à Addis Abeba en Ethiopie sous le thème «Stimuler les échanges intraafricains et établir la zone continentale de libre-échange». Organisé conjointement par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), la Commission de l’Union africaine et la Banque africaine de développement, ce Forum de trois jours a permis aux 300 participants qui y ont pris part d’’examiner des moyens de promouvoir le commerce intra-africain et les obstacles liés à la mise en place d’une zone continentale de libre échange. Plusieurs décisions relatives au commerce transfrontalier ont été prises, dont la création de l’Alliance de gestion des corridors d’Afrique (Africa corridor management alliance – ACMA) et la construction d’une zone de libre-échange à l’échelle continentale. Le commerce intra-régional est estimé entre 10 et 12%, c’est-à-dire le plus faible comparé aux autres régions du monde. Parmi les freins à l’expansion de ce commerce figurent: le manque d’infrastructures mais aussi les goulots d’étranglement et les procédures longues et coûteuses aux frontières. Près d’un-tiers des pays africains est enclavé, ce qui installe ces pays dans une dépendance vis-à-vis des pays ouverts. Nombre d’entre eux manquent aussi d’infrastructures ou sont pénalisés par les nombreuses barrières à la circulation des biens et personnes. Le Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA) a été mis en place et compte élargir ses compétences aux infrastructures énergétiques et de télécommunications. Tous les acteurs institutionnels en-dehors de l’UNECA (Banque africaine de développement, l’Union africaine et les Communautés économiques régionales), le secteur privé et les organisations de la société civile sont appelés à s’impliquer dans ce processus pour faire passer le commerce de son niveau actuel à celui de 22%.

Dialogue, Bridges China, 27 Septembre à Genève
En marge du Forum public de l’OMC qui s’est tenu à Genève du 24 au 26 Septembre, Bridges China a organisé le cinquième Dialogue sur la Chine. Si le dialogue de 2011 portait sur la stratégie d’expansion de la Chine, celui de 2012, qui s’est déroulé le 27 Septembre a porté sur les enjeux socio-économiques, environnementaux et énergétiques d’une Chine en transition. Cette transition s’explique par l’imbrication de différents évènements dont les effets de la crise financière, le changement de gouvernement en 2013, les mutations sociales et les implications énergétiques et environnementales de l’industrialisation croissante qui influent sur le développement durable du pays et du reste du monde.

This article is published under
18 October 2012
Examen mutuel de l’efficacité du développement en Afrique : promesses et résultats – Organisation de la Coopération et du Développement Economique (OECD) avec la Commission Economique des Nations...
Share: 
18 October 2012
Accords de partenariat économique Le parlement européen adopte la résolution législative prolongeant la date butoir pour la mise en oeuvre des APE intérimaires de 2014 à 2016. Les députés du...
Share: